• Sa peau, brulânte de désirs, était pourpre sous la lumière du feu de bois. Elle était allongée, sur un lit de feuilles, nue et libre. Elle s'était soumise à elle, celle qui allait la prendre, elle et sa vertue, sa pudeur, son innocence et son âme, son corps... La lueur du feu offrait à cette femme les reflets d'un corps parfait. La nuit était déja avancée. Elle s'approcha lentement des courbes dansant au rythme des flammes et lui caressa du bout des doigts son ventre, puis remonta lentement, passant entre ses seins, faisant frissoner sa peau malgré la chaleur...

    à suivre...

                                                                           Earis Mawary


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique